Mai 68 à Lille : débat sur les ondes

Je parle du groupe anarchiste en Mai 68 à Lille et de mon livre Lille en Mai sur Radio Campus Lille :

Cette émission « La Voix sans maître » sur Radio Campus Lille (mai 2016) a été mise en ligne sur le site du Monde diplomatique par la Libre Pensée.

Continuer la lecture de Mai 68 à Lille : débat sur les ondes

Lille en Mai : quelques critiques

Lille en Mai a suscité une critique signée par J.-P.V. dans la revue Échanges, été 2015, n°152.

Dans son blog, Dominique Gérardin Entre les lignes entre les mots, sous le titre « C’est pas moi, c’est ma soeur qu’a volé le buste de Pasteur !»

Le journal  lillois, La Brique, a publié à l’été 2015 un article de l’universitaire Front de Gauche Karel Yon intitulé « Lille en Mai 68 : l’impossible jonction entre étudiants et ouvriers .  En note de cet article, on annonçait la parution de Lille en Mai. J’ai pu exprimer mon point de vue critique dans le blog de ce journal sous le titre « Mai 68 à Lille : La vieille taupe, sans sous-titrages et sans bande-son ».

Lille en Mai : errata

 

Contrairement à ce que j’ai écrit dans la note 42 de la page 37, ce n’est pas Serge Gainsbourg mais Arthur Penn qui a réalisé le film Bonnie and Clyde. Gainsbourg signe les paroles de la chanson éponyme.

J’ai écrit (p.95, note 27) que le 24 mai 1968, la population parisienne mettait le feu à la Bourse, par abus de langage. De fait, il y eut tentative d’incendie du bâtiment suite à des jets de cageots enflammés.

Puig Antich, militant du MIL exécuté par Franco le 2 mars 1974, avait été arrêté le 22 septembre 1973 et non le 13 septembre 1971. Le casse de Condé-sur-Escaut n’a jamais été attribué -sauf par la rumeur- à Action directe (page 159).

 

Mai 68 à Lille, ailleurs et après

Réponse à un camarade de Toulouse

Voici les questions que m’a fait parvenir ce proche du CRAS en mai 2016. Et mes réponses quelques mois plus tard :

[…] Sur la partie lilloise, je n’ai rien à dire [de ton livre], par contre j’ai quelques remarques à te faire dans la mesure où tu nous cites et que cela laisse entendre que nous partageons ton propos sur quelques affirmations.

J’ai noté dans l’avertissement de « Lille en Mai », la difficulté que j’ai eue à raconter « notre » histoire lilloise. Je m’explique : il s’agissait de rendre compte d’évènements auxquels « nous » avions participé mais il était difficile de porter un jugement critique positif ou négatif sur des actions menées il y a cinquante ans. Avec le recul et le contexte, je trouve, par exemple, un peu désuète notre action « non violente » du 8 mai. Je ne suis pas du tout certain que s’il fallait rejouer la partie Mai 68 aujourd’hui, j’y participerais de cette façon. J’ai l’impression que « nous » avons bien souvent agi comme les « anti-militants » inexpérimentés et isolés que nous étions. Alors, j’ai choisi pour le livre, de justifier chacun des moments de cette histoire à la façon dont « nous » le faisions in situ. Les opinions qui y sont exprimées ont évolué et sont parfois différentes de mon regard actuel. De plus, ce « nous » qui fige le collectif libertaire de Lille n’est pas immuablement le même du début de Mai 68… jusqu’en 2004-2005 et voire 2008 ! Il faut cependant noter que le bouquin a été lu et critiqué avant parution par trois « vieux » du début et deux copains plus récents rencontrés dans les années 1980. Et j’ai tenu compte de leurs remarques.

Page 145 – Note 14 : Ce n’est pas le 13 septembre 1971 que Puig Antich a été arrêté mais le 25 septembre 1973.

Continuer la lecture de Mai 68 à Lille, ailleurs et après